Lise's B.

Le blog de Lise Bouvet

– Une femme Debout

J’ai créé ce blog il y a presque un an dans l’idée de ne pas seulement m’y exprimer mais afin de pouvoir héberger d’autres voix : des textes collectifs, des textes d’autres camarades, des communiqués de presse…C’est avec honneur aujourd’hui que je publie la très belle parole d’une amie, que je remercie de sa confiance. Plus que jamais elle nous rappelle que « Le féminisme existe pour qu’aucune femme n’ait jamais à faire face à son oppresseur dans le vide, seule. » (Andrea Dworkin.) Lise Bouvet.

quote-what-would-happen-if-one-woman-told-the-truth-about-her-life-the-world-would-split-open-muriel-rukeyser-309939

« Depuis plus de vingt ans, je suis avocate. Dans ma pratique, j’ai été amenée à rencontrer, à écouter et surtout à défendre des femmes victimes de violences, tant physiques que psychologiques. Durant ces années à me battre pour elles, j’ai vu ces femmes abattues, méprisées, battues, humiliées, menacées, incomprises, déniées de leurs droits. J’ai rencontré des femmes victimes de violences dans tous les milieux, dans toutes les classes sociales, au sein de toutes les religions. Mais surtout, j’ai vu ces femmes relever la tête, se battre pour leurs enfants ou pour leur honneur, faire face à leur bourreau, parfois au prix d’un effort surhumain, parfois au risque de perdre tous leur liens familiaux, amicaux, sociaux, mais avec un courage inouï. Et j’ai défendu ces femmes, au nom du féminisme, au nom de la Justice, au nom de la Démocratie et au nom de la morale. Je les ai défendues pour qu’elles ne soient plus des victimes, pour qu’elles soient des femmes, comme toutes les autres femmes. Je me suis battue pour elles, avec elles, parfois contre elles quand il fallait qu’elles acceptent de regarder la vérité en face. Et j’ai tenu dans mes bras ces femmes, enfin libérées, souvent en larmes, mais debout.
J’ai été, moi aussi, victime de violences de la part de mon compagnon. Je croyais être vaccinée, informée, protégée, mais, malgré toute mon expérience, j’ai moi aussi mis le doigt dans l’engrenage de l’excuse sans fondement et du pardon intempestif. Je me suis, moi aussi, coupée de mes amis, de mes relations, je n’ai pas vu, moi non plus, la manipulation s’installer, je me suis, moi aussi, laissée prendre aux louanges et au chantage affectif. J’ai perdu du temps, de l’énergie pour m’extirper de cet enfer. J’ai été, moi aussi, perçue comme une victime. J’y ai laissé une part de moi, mais j’ai fini par m’en relever, et, je suis, moi aussi, debout.
Mon histoire personnelle n’est pas un point de droit, elle ne me servira pas à plaider, elle m’a meurtrie. Mais de cette tragédie intime, j’ai appris et j’ai compris, je me sens encore plus proche de celles que je vais continuer à défendre de toutes mes forces, pour qu’il n’y ait plus de victimes. Et c’est ensemble, elles et moi, que nous ferons avancer la cause des femmes, blessées, meurtries, mais debout.
Au nom de toutes les femmes, je suis debout. »

Advertisements

Information

Cette entrée a été publiée le 22 mai 2014 par dans Patriarcat, Violences Conjugales, Violences Masculines.
%d blogueurs aiment cette page :